Augustin de Belempins


La chanson d'Augustin pour sa toute 1ère sortie en: 2014
Parodiée par: Pierrot
sur l'air de: l'accordéoneu de:Raoul de Godewasvelde.

Refrain:
C'est la fête a Tourcoing y a des familles qui viennent de loin se déplacent pour le carnaval il faut dire qu'il n'est pas banal sur les trottoirs ils se sont amassés pour acclamer tous les géants portés qui sont du nord et puis du pas de calais et la Belgique aussi représentée.

1er couplet:
Maint'nant dans le week-end des géants un p'tit nouveau sorti des centres sociaux après des mois de bonnes préparations et oui ça y est nous vous le présentons c'est dans l'textil' qu'il monte des bobines et c'est chez Thiberghien dans notre ville de Tourcoing mais sa passion ce sont les plantations c'est vrai qu'il y est bien il est heureux dans son jardin c'est Augustin de Belempins.

Au refrain:

2ème couplet:
Pierre de Guethem qui ouvre le déflé il est suivi de près du duc d'Havré et les fanfares les font tous danser au son des cuivres qui les faient tournoyer pour les porteurs il n'y a pas de trève ce sont les relayeurs qui prennt'ent la relève et le public est toujours plein d'entrain au son de la rythmique ils tap'tent tous dans leurs mains régalez vous amusez vous.

Au refrain:

3ème couplet:
Certains enfants eux aussi ont créé il est puissant c'est un bel équidé il a d'la race oui ce beau cheval il est rapide l'ont nommé Chocoflash et ils sont bien d'être devant Augustin celui de Belempins et ils en tous certains dans l'rigodon final des géants avec ils danseront et c'est génial pour ces enfants ils sont content d'être présent.

Au refrain:

4ème couplet:
Ca fait parti des deux départements et nous les ch'tis ont aiment nos géants nous sommes fier de cette fê-ête et ont espère que cela dure perpète plus de six cent ils sont dans notre région y a des centaines d'années que c'est une belle tradition dans tous les coeurs cela bat la chamade alors c'est l'enclencheur lorsqu'il y a une belle aubade ont est conquis ont est ravis.

Au refrain final:
Commune
Particularité(s)
Création 2013
Poids 40 KG
Taille 3,60 M
Mobilité roulé / porté
Sortie Gambrinales, Franche Foire
Famille parain : frère jacques / maraine : la belle hélène / filleul : nadège
Appartien à

La chanson D'Augustin de Belempins
Parodiée par: Pierrot sur l'air de Caroline de: Bourvil

Refrain:
C'est Augustin de Belempins qui travaille chez Tiberghien c'est sur le Boul'vard de Tourcoing il fait équip' du matin et sa fonction c'est bobineur il y met tout' son ardeur et cela c'est sa bell' fierté ça le met tout en gaieté.

1er couplet:
C'est dans les années trente dans l'domain' du textil' y avait un ouvrier qu'y était sur sa machine son dada c'est jardiner d'avoir des légumes frais patates carottes navets et tout c'qu'il peut planter c'est pour les clients de papa maman qu'ils se mettront sous la dent.

Au refrain

2ème couplet:
Aujourd'hui c'est super bon c'est un ragoût d'mouton ses parents tiennent la Champi et après la sortie il y retrouve des copains qui travaillent dans son coin et dans les discussions il parle de sa passion il adore bêcher il adore biner il est fier d'êt jardinier.

Au refrain

3ème couplet:
Parfois va chez son voisin avec sa louch' a brun un engrais écolo qu'il met dans son tonneau il le recouvr' d'une bâche va chercher Chocoflash et une fois att'lé il trott' sur les pavés puis devant ses fleurs il rêve a l'âm' soeur ce serait un aut' bonheur.

Au refrain

4ème couplet:
Et un jour il fait un bond un énorm' potiron les ouvriers s'exclament mais quel est ton secret et dans les s'maines qui suivent ses habits rétécissent il ne sait pas pourquoi et il ne comprend pas puis il disparait pendant des années et le r'voila très changé.

Refrain final:
Il travaillait chez Tiberghien mais cela est très lointain la vie a bien évoluée beaucoup d'choses ont bien changées il faut pas croire tout' cette histoire elle reste dans nos mémoires il était bien on s'en souvient d'Augustin de Belempins d'Augustin de Belempins.

HISTOIRE

Augustin de Belempins, ouvrier textile de feue l'usine Tiberghien, fils de tenanciers donne un coup de main au café.
Mais Augustin a, comme nombre d'ouvriers, un jardin bien à lui, un jardin secrets voire un jardin fantastique, où un jour pousse un potiron gigantesque.
"Quel est ton secret ?" devient la question à laquelle Augustin ne peut répondre.
Jusqu'au jour où Augustin voit ses habits rétrécir ou plus exactement lui-même grandir, grandir, grandir…